Carte professionnelle VTC

La carte professionnelle VTC suscite de nombreuses questions de la part des différents acteurs sur le marché du transport de personne. Que vous soyez gérant d’une entreprise de transport, chauffeur VTC à votre compte ou que vous souhaitiez devenir chauffeur VTC, voici les réponses aux questions les plus fréquentes concernant la carte professionnelle VTC.

Comment obtenir la carte professionnelle VTC ?

L’acquisition de la carte professionnelle VTC est une étape obligatoire pour exercer la profession de VTC. Pour devenir conducteur, vous devez prouver vos compétences en passant l’examen VTC géré par la CMA (Chambre des Métiers de l’Artisanat), qui prouve vos compétences dans sept domaines, de la réglementation VTC à la sécurité routière, en passant par les langues et la gestion d’entreprise. Pour vous préparer à l’examen, nous vous recommandons de suivre une formation VTC (payante). Trouvez un centre de formation agréé près de chez vous grâce à notre solution Formation VTC Paris ©.

Quelles sont mes obligations après avoir reçu la carte VTC ?

Une fois que vous avez reçu votre carte VTC et que vous avez créé une société, vous pouvez commencer votre activité de VTC immédiatement. Pour plus d’informations consultez nos conseils pour réussir son activité de VTC.

Dans ce métier la sécurité est capitale, il est donc nécessaire de veiller à ce que le niveau et les compétences des chauffeurs VTC ne se détériorent pas avec le temps. C’est pourquoi, la carte VTC doit être renouvelée tous les 5 ans. Pour cela, les chauffeurs doivent suivre une formation continue de 14 heures afin de renouveler leur carte VTC. Un bon rappel pour maintenir ses compétences à jour et améliorer constamment la qualité de ses services.

Note : ceci est aussi valable pour les chauffeurs de taxi qui doivent suivre une formation de 16 heures tous les 5 ans pour conserver leur licence de taxi.

Peut-on être conducteur salarié sans carte professionnelle VTC ?

Les activités de VTC peuvent être exercées de deux manières : en tant qu’indépendant, vous pouvez créer votre propre entreprise de transport ou exercer comme auto-entrepreneur, ou en tant que salarié en vous rattachant à une société VTC déjà existante.

Cela ne vous dispense pas de l’obligation d’avoir une carte professionnelle VTC. Même si vous avez votre propre société de VTC et que vous souhaitez embaucher un salarié, vous devez avoir une carte professionnelle à votre nom.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Gran Guillaume le 1er janvier 2018, les conducteurs de LOTI ne peuvent plus obtenir de licence VTC. Il est impératif de réussir l’examen VTC et d’obtenir sa carte pro VTC pour pouvoir exercer le métier de façon légale.

Puis-je créer mon entreprise avant de recevoir la carte VTC ?

Non, la profession de VTC est réglementée et vous devez fournir ce justificatif pour pouvoir enregistrer votre société VTC auprès du tribunal de commerce.

Dès que vous recevez un extrait K-Bis qui prouvera la création de votre société de VTC, vous pourrez recevoir votre carte VTC et effectuer vos premières courses.

Quel statut choisir pour son activité de VTC ?

Vous pouvez travailler en tant que VTC de trois façons.

– En tant que directeur d’une société de transport.

– En tant que travailleur indépendant

– En tant qu’employé d’une société de VTC

Le choix du meilleur statut juridique pour devenir un VTC dépend naturellement de votre situation personnelle. Toutefois, la plupart des chauffeurs VTC sont des travailleurs indépendants, surtout si l’activité de VTC complète un travail quotidien dans une autre entreprise. Ce statut offre une grande flexibilité et une administration facile, même si le chiffre d’affaires est limité.

Vous avez maintenant une idée concrète de la nature du métier de VTC et des différentes façons d’exercer. C’est maintenant à vous de décider si vous voulez devenir chauffeur VTC.